Le regard d’un artisan

J’ai toujours été intéressé par l’image.  À l’âge de douze ans, lors d’une visite à la salle de montage de mon oncle Yves, à l’Office national du film, je suis fasciné par la manipulation de la pellicule et la création des séquences cinématographiques qui naissent sous mes yeux.

À l’adolescence, je m’initie à la photographie et à la chambre noire.  Et à la même époque, je rédige de petites histoires et je tourne des petits films avec la caméra film super 8 mm de mon père.  Au début de ma vingtaine, je dirige un projet de cinéma parallèle à Saint-Hyacinthe qui veut rendre accessible à la grande population un cinéma de répertoire.

À trente ans, je retourne à l’école et j’obtiens un baccalauréat en Communication à l’Université du Québec à Montréal avec une spécialisation en cinéma.

Durant les quinze années qui suivent, je délaisse la photographie au profit de la production cinématographique.  Avec la participation financière de plusieurs ministères et organismes gouvernementaux, et sous la signature de ma société LES FILMS DU VERGER, je produis, réalise et distribue au Québec trois films documentaires et de fiction à caractère social et éducatif.

Crédit photo 2012: Jean-Luc Gunst

Et au milieu de ma cinquantaine, je reviens à la photographie et je découvre un nouvel univers, le numérique.  Depuis le printemps 2014, je suis à la retraite et je compte bien profiter de cette période pour accorder à la production d’images une place prépondérante dans mes différentes activités.

Me définissant avant tout comme un artisan, je m’efforce d’apporter aux contenus de mes réalisations une dimension toute personnelle.

Paul Picard